03 20 71 82 99 - Fax : 03 20 34 27 63 30 Place du Gal de Gaulle 59310 Orchies
Du Lundi au Vendredi de 8h45 à 12h15 & de 14h à 19h15 / Samedi de 8h45 à 12h15 / Fermé le Dimanche

NETTOYER LE NEZ DE BÉBÉ

Le nez est une voie d’accès à l’air, mais aussi aux impuretés qu’il contient : poussières, bactéries ou virus. C’est pourquoi il est important d’apprendre les bons gestes pour nettoyer le nez de bébé!

 

Se moucher est un geste d’hygiène qui doit être enseigné aux jeunes enfants ; ils en deviennent capables vers 2 ou 3 ans.
Cependant qu’en est-il des bébés ? En ont-ils besoin ? Quand et comment faire ?

 

Nettoyer le nez de bébé au quotidien

Le nourrisson ne sait pas respirer par la bouche. Tout passe par le nez et l’éternuement est le seul moyen naturel pour expulser ce qui l’encombre. Chaque jour, la toilette doit être effectuée avec une ‘mouchette’ (compresse ou morceau de coton roulé entre les doigts) humidifiée de sérum physiologique : l’introduire doucement et peu profondément en tournant légèrement. En l’absence de mucosités particulières, ce geste quotidien est suffisant.

 

Nettoyer le nez de bébé en cas de rhume ou d’encombrement

En cas de rhume ou encombrement spécifique (risque de foyer infectieux), un vrai mouchage est nécessaire. La gêne occasionnée pourrait altérer l’alimentation ou le sommeil de bébé. La question se pose alors de l’utilisation d’une solution nasale ou d’un mouche bébé.

 

Si les sécrétions sont fluides, claires et peu abondantes

Les mouchettes sont suffisantes. En cas d’écoulement plus important, une solution nasale adaptée permet de nettoyer et  désinfecter.

 

Comment utiliser un solution nasale seule :

– Coucher l’enfant sur le dos, la tête légèrement rehaussée (oreiller fin) et tournée de profil, un linge ou mouchoir en papier sous la joue.
– Verser la solution dans la narine supérieure (narine du haut), puis la boucher. La solution ressort par l’autre narine.
– Essuyer le nez ; tourner la tête de bébé et répéter l’opération dans l’autre narine…

 

En cas de mucosités plus épaisses ou colorées (obstruction nasale)

Dans cette situation, Il est bon d’utiliser un mouche-bébé

Un lavage est conseillé avant le mouchage pour faciliter l’opération.
Le tout petit est pris dans les bras, en position semi assise ; une main assure le maintien, l’autre main permet le nettoyage du nez.
La solution ne doit pas être projetée trop fortement. Elle peut s’écouler dans la gorge et être déglutie sans problème (la position semi assise est ainsi préférée à celle couchée sur le dos).
Introduire l’embout nasal du mouche bébé puis procéder à l’aspiration. Les embouts choisis doivent être souples, de taille adaptée et désinfectés après chaque utilisation (certains appareils proposent des embouts jetables).

Démonter le mouche-bébé après usage, laver les différents éléments à l’eau tiède et savon, puis sécher.

 

A quelle fréquence faut-il moucher bébé ?

Chez le nouveau-né, le mouchage est effectué 2 fois par jour maximum et seulement en cas d’écoulement. Chez un bébé plus grand, 2 à 3 fois restent suffisantes. Les gestes doivent être doux (les muqueuses et oreilles sont fragiles : pas trop de force ni de pression), effectués avant le repas et non après (risque de vomissement). Le bain permet la fluidification des mucosités et facilite l’opération.

 

Moucher bébé est un geste d’hygiène qui doit être régulier. Chez Giropharm, solution nasale et mouche bébé sont disponibles sous des formats variés vous assurant toute sécurité. Les équipes officinales sont à votre écoute, pour répondre à vos besoins de manière adaptée. Demandez conseils !

 

Source:

https://www.giropharm.fr/conseils-de-pharmaciens/bebe/votre-bebe-au-quotidien/9313-nettoyer-le-nez-de-bebe.html

 

 

Vous trouverez d’autres conseils de saison ou conseils de santé sur le site www.giropharm.fr

FAIRE FACE AU BLUES DE L’HIVER

Votre pharmacien vous accompagne et vous conseille pour faire face au « Trouble Affectif Saisonnier ».

 

Votre pharmacien et son équipe officinale sont à votre disposition pour vous aider à adopter les bons réflexes et vous conseiller.

 

Le blues de l’hiver serait principarlement lié au manque de lumière naturelle pour l’organisme. Les journées plus courtes et moins ensoleillées perturbent notre cerveau qui sécrète alors davantage de mélatonine,  dite hormone « somnifère »

 

 

BIEN MARQUER LA DIFFERENCE JOUR/NUIT

. S’exposer à la lumière du jour le plus rapidement possible après le lever. Bien éclairer (sources lumineuses intérieures et lumière naturelle extérieur) son lieu de travail et son habitation durant la journée, dormir dans une chambre vraiment obscure (aucune source de lumière, y compris extérieure).

 

AVOIR UN SOMMEIL ADAPTE

Pour compenser la fatigue ressentie, il est important de dormir suffisamment pour bien récupérer.
Astuce : Equipez-vous d’un simulateur d’aube ! Ce petit appareil émet une lumière d’intensité croissante jusqu’à l’heure choisie pour le réveil. L’augmentation graduelle de la luminosité reproduit le lever du soleil et favorise un réveil de bonne qualité, en douceur.

 

 

PRATIQUER DE FACON REGULIERE UNE ACTIVITE PHYSIQUE

Le sport a fait preuvre de son efficacité dans la dépression en général, et dans la dépression résistante aux traitements habituels en particulier. En cas de Trouble Affectif Saisonnier, mieux vaut pratiquer le sport en extérieur qu’en salle (lorsque la météo le permet). L’activité physique permet de libérer des endorphines, idéales pour évacuer les tensions et retrouver la bonne humeur !

AVOIR DES APPORTS SUFFISANTS

En acides gras oméga-3, sélénium et magnésium. Ce trio contribue à l‘équilibre psychique et à la résistance au stress. Favorisez les méthodes douces et pensez au Séroxyl. De préférence avec une boisson légèrement sucrée, le Séroxyl aide à garder le moral.

Pour aller plus loin, découvrez notre guide alimentaire pour prévenir les pathologies hivernales.

 

Demandez à votre pharmacien pour un conseil adapté à votre cas.

COMMENT PRENDRE SOIN DE SA PEAU EN HIVER

Rougeurs, tiraillements, gerçures, en hiver la peau est irritée ; sans hydratation préservée, la peau s’assèche et peut se fendiller. Les mains sont particulièrement sensibles et nécessitent d’être protégées. Le froid, le vent, l’humidité s’ajoutent aux agressions habituelles (eau, détergents, calcaire). Deux objectifs s’imposent : prévenir et traiter.

 

Le port de gants est conseillé aussi bien en extérieur pour faire face aux intempéries qu’en intérieur pour manier tous les produits d’entretien.
Pour vous protéger des microbes, lavez-vous régulièrement les mains avant de les sécher soigneusement (sans oublier les espaces entre les doigts).
Préférez utiliser des pains dermatologiques, des savons doux ou surgras qui ont une action plus douce pour votre peau.

 

Le rituel de soin peut faire appel à plusieurs étapes :

 

1/  Effectuer un gommage en douceur pour éliminer les toxines et les peaux mortes (1 à 2 fois par mois)

 

2/   Masser un produit réparateur qui nourrit la peau asséchée et restaure la barrière cutanée (action à privilégier le soir)

 

3/  Appliquer la crème hydratante qui agit en profondeur et maintient la barrière de protection de la peau (au moins 2 fois par jour en hiver).

 

4/  Les gerçures nécessitent une attention spécifique et l’application de produits adaptés.

 

5/  Pour vos lèvres pensez à utiliser régulièrement un baume hydratant adapté.

 

 

N’oubliez pas que la peau se traite également de l’intérieur grâce à une alimentation variée, riche en vitamines, en acides gras (film protecteur naturel de la peau) et en eau.

 

A chacun son type de peau, à chacun ses envies de soins. Les solutions sont multiples. Venez demander conseil à votre pharmacien Giropharm.

 

Sources:

https://www.giropharm.fr/conseils-de-pharmaciens/sport-bien-etre/8239-faire-face-au-blues-de-l-hiver.html

 

https://www.giropharm.fr/conseils-de-pharmaciens/beaute/soin-du-corps/10370-rougeurs-tiraillements-gercures-comment-prendre-soin-de-sa-peau-en-hiver.html